Voiture électrique, guerre commerciale, Gafa… Carlos Ghosn se confie aux Echos

2 octobre 2018 - #MondialAuto - Le patron de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, qui espère vendre environ 11 millions de véhicules cette année, estime faire la course en tête en matière de voitures électriques. Malgré les assauts de la concurrence.

JOEL SAGET/AFP

Deux ans déjà. Que s’est-il passé chez les constructeurs automobiles depuis le dernier Mondial ?
La grande modification depuis 2016, c’est l’éruption de technologies permettant d’envisager des voitures beaucoup plus connectées ou autonomes, et surtout des services de mobilité. C’est visible. Les constructeurs ont vraiment intégré le fait qu’ils allaient s’occuper de ces services, non seulement en étant des partenaires très importants des opérateurs, mais aussi en lançant leurs propres offres. Regardez ce qui se passe à Paris avec l’après-Autolib’, tous les constructeurs proposent leurs services. Vous allez voir la même chose dans toutes les villes du monde.

Opérer des services de mobilité, ce n’est pas dans l’ADN d’un industriel…
C’est notre challenge à cinq ou dix ans : transformer nos ambitions en réalité sans perdre notre chemise, avec une stratégie équilibrée entre la croissance, d’un côté, et la profitabilité potentielle de l’autre. Au sein de l’Alliance, nous avons un plan solide sur le véhicule connecté, autonome et le robotaxi. Il y a deux ans, il s’agissait de quelques concepts ou prototypes. Maintenant, nous avons un programme structuré. Nous sommes plutôt en avance sur la concurrence. Si nous faisons bien notre travail au niveau des produits et du marketing, ces services peuvent générer davantage de revenus et de rentabilité que le reste de nos activités.

 

Lire l’intégralité de l’interview sur le site des Echos : https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0302334247864-voiture-electrique-guerre-commerciale-gafa-carlos-ghosn-se-confie-2209903.php

 

À lire aussi