« Nous devons faire de l’agenda environnemental un levier de croissance pour l’industrie automobile. Nous serons des acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique et de l’amélioration de la qualité de l’air, tout simplement parce que ce sont nos ingénieurs qui seront apporteurs des solutions technologiques. »

Luc Chatel

Le saviez-vous ?

Avec 139 000 véhicules électriques, la France en détient le premier parc d’Europe !

*devant la Norvège (128 000), l’Allemagne (85 000),
le Royaume-Uni (54 000) et les Pays-Bas (29 000)

Le saviez-vous ?

Avec 139 000 véhicules électriques, la France en détient le premier parc d’Europe !

*devant la Norvège (128 000), l’Allemagne (85 000),
le Royaume-Uni (54 000) et les Pays-Bas (29 000)

Objectifs

➜ Viser une multiplication par cinq d’ici fin 2022 des ventes de véhicules 100% électrique

➜ Garantir un ratio d’une borne de recharge pour dix véhicules en circulation (soit 100 000 bornes en 2022 si la filière tient ses objectifs de vente de véhicules électriques et hybrides rechargeables – cible à un million de véhicules en circulation en 2022)

➜ Faire émerger une offre industrielle française et européenne dans le domaine des batteries (en visant les batteries de quatrième génération)

➜ Créer une filière hydrogène française compétitive et développer ses usages en mobilité

➜ Poursuivre le programme du véhicule à faible empreinte environnementale

➜ Stimuler l’économie circulaire

Le contrat stratégique de filière

Signé le 22 mai 2018, ce contrat constitue une vision partagée de l’avenir de l’automobile, conciliant les exigences de l’agenda environnemental et la pérennité d’une filière d’excellence. Ramassé autour de grands projets structurants, il trace, pour les années à venir, la feuille de route d’une véritable transformation de la filière automobile française.

Télécharger le document

Le contrat stratégique de filière

Signé le 22 mai 2018, ce contrat constitue une vision partagée de l’avenir de l’automobile, conciliant les exigences de l’agenda environnemental et la pérennité d’une filière d’excellence. Ramassé autour de grands projets structurants, il trace, pour les années à venir, la feuille de route d’une véritable transformation de la filière automobile française.

Télécharger le document

Les engagements

Les constructeurs développeront leur offre de véhicules électrifiés (véhicule électriques et hybrides rechargeables) et veilleront à l’attractivité de cette offre.

L’État maintiendra un bonus pour les véhicules électriques au moins jusqu’en 2022, et donnera une visibilité pluriannuelle sur l’enveloppe du bonus-malus dans le cadre de la discussion de la loi de finances. Des réflexions seront menées sur la possibilité de promouvoir également le développement des véhicules hybrides rechargeables.

L’Etat assurera un cadre juridique et financier favorable à l’installation de bornes de recharge (droit à la prise et au pré-équipement des parkings). Un soutien financier au déploiement des bornes sera mis en œuvre : il se traduira notamment par une plus grande prise en charge des coûts de raccordements des bornes jusque fin 2021, financée par le réseau électrique.

La filière automobile contribuera à promouvoir les expérimentations de véhicules à hydrogène qui se déroulent sur certains territoires et le déploiement des infrastructures.

✅ Dans le domaine du développement de technologies permettant de réduire les émissions de CO2 du parc automobile à l’horizon 2030, les constructeurs proposeront des solutions, à un coût abordable et compétitif, permettant de garantir une mobilité durable sur l’ensemble de leur gamme, en contribuant à l’amélioration de la qualité de l’air et à l’ambition d’abaissement des émissions de polluants.

✅ Enfin, en vue de stimuler davantage l’économie circulaire dans la filière automobile, la filière travaillera à un engagement volontaire pour respecter l’ambitieuse feuille de route pour le développement de l’économie circulaire qui vient d’être publiée. L’Etat poursuivra son action contre les filières illégales de traitement des véhicules hors d’usage (VHU), mettra en place des mesures incitatives à la valorisation des produits en fin de vie et favorisera le recyclage des matériaux.